Les magistrates en colère après la découverte de la tenue par leurs collègues masculins d’un « Mur des Thons »

28 septembre 2014

Septembre 2014

20741

« Honte », « humiliation » et « dégoût » sont les mots qui reviennent le plus souvent. La découverte du nouveau mur érigé par les magistrats n’aura pas fait l’unanimité, c’est le moins que l’on puisse dire.

Palais de Justice de Paris. Il est 10h33 lorsque Micheline Pontvaillant, juge aux affaires familiales de 57 ans, rentre dans l’arrière salle du vestiaire habituellement inoccupée pour y faire une petite sieste. Telle n’est pas sa surprise en découvrant en rentrant un étrange tableau sur lequel sont accrochées plein de photos de ses collègues féminins et au dessus duquel trône le fameux titre : « Mur des thons ». « A première vue j’ai trouvé ça assez drôle. Il faut savoir le prendre au second degré, ce n’est pas bien méchant. » énoncera-t-elle dans un premier temps. Mais c’est alors qu’elle remarque sur le bord supérieur droit sa propre photo, prise le soir du Noël de la magistrature. C’en est trop pour Madame la juge qui goûte très peu à la plaisanterie. « Ce sont toutes les femmes qui doivent se sentir humiliées. C’est une honte et je suis profondément blessée ! » a-t-elle déclaré à la presse dans la foulée.

On découvre par la suite qu’une note et des commentaires étaient adossés à chacune des photos. « A moins de 4/10, je porte plainte » a aussitôt fait savoir Géraldine Feras, porte-parole de l’AMF (Association des Magistrates Féministes) et Miss Juge d’instruction 1983. D’autres ont fustigé les commentaires désobligeants tels que « Elle respecte le principe du contradictoire jusque sur son visage » ou bien encore « Nul ne (p)laide par procureur ».

Du côté de leurs homologues masculins, on tente de se défendre comme on peut. « Oups » confiera l’un d’entre eux sous couvert de l’anonymat.

Dans la journée et en réaction au scandale, des membres des FEMEN ont également pénétré dans la Première Chambre de la Cour d’appel du palais de justice de Douai pour y brûler des exemplaires du Code de procédure civile avec le slogan provocateur « La Justice n’a pas de pénis ! La Justice n’a pas de pénis ! ».

Le Juriporter

, , ,

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Les magistrates en colère après la découverte de la tenue par leurs collègues masculins d’un « Mur des Thons »”

  1. logween Dit :

    Bien qu’étant laide par définition, la jafette ne réagit que quand elle est concernée. Comme toutes les jafettes: elles règlent leur compte en se basant sur ce qu’elles vivent et se moquent éperdument des justiciables.

    Répondre

Laisser un commentaire

Umrahmurahoy |
Africanmancj |
Najlepsze informacje w sieci |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Robertsxvhu
| Cindy91
| Lisoler